Le week-end dernier, je me suis rendu à la fête médiévale qui se déroulait à Aigues-Mortes du 5 au 8 mai sous le nom « Les grands tournois ». Ce grand rassemblement, à l’extérieur des remparts, portait cette année sur le thème du Moyen-Âge et de la Renaissance (XVe et XIVe).

C’est donc le temps d’un week-end que les spectateurs, après s’être acquittés d’un ticket à 6 euros, pouvaient passer de la foire (marché) médiévale gratuite au parc fermé aménagé pour l’occasion. Une fois les pieds à l’intérieur, c’est une assez bonne réplique de campement médiéval qui nous ouvrait ses portes. Des étales, des arènes, quelques tentes abritant les représentants de certains métiers de l’époque et quelques buvettes offraient de quoi se divertir le temps d’une après-midi.

L'allée du marché médiévale devant les remparts sud de la ville

L’allée du marché médiéval devant les remparts sud de la ville

Arènes et remparts lors de la fête médiévale d'aigues mortes

Ce chevalier, un anglais venu exprès pour la fête médiévale d'Aigues Mortes, a fait le show durant toute l'après-midi. So british ;)

Ce chevalier, un anglais venu exprès pour la fête médiévale d’Aigues Mortes, a fait le show durant toute l’après-midi. So british 😉

 

Stand de saucisson au marché médiéval d'Aigues Mortes

Stand de saucisson au marché médiéval d’Aigues Mortes

Cependant, pour m’y être rendu un samedi sur la journée, j’ai trouvé que la scène manquait d’animation. Seulement deux métiers étaient présents, tisserand et astrologue, et nous regrettâmes assez vite l’absence de forgerons ou de tailleurs de pierre… Mais qu’importe, il y avait à boire et à manger.

Duel en armure entre deux chevaliers pour la victoire

Duel en armure entre deux chevaliers pour la victoire

Niveau boissons, nous avons pu découvrir la pomeline et la diablotine, toutes deux faites maison. Que dire ? La première est un mélange à base de jus de pomme, de bière à la châtaigne et de gingembre. La surprise est là et donne de quoi ravir nos papilles ! La seconde, quant à elle, est plus décevante. Le mélange vin blanc châtaigne et bière au gingembre n’est pas à mon goût. Je vous entends déjà me dire « Hey mais ce ne sont pas des boissons moyenâgeuses ! ». Et bien oui ! Nous n’avons pas eu le temps de découvrir l’hypocras artisanal présent sur marché. Par contre, aucun signe d’hydromel … Grosse déception.

Tente d'astrologue lors de la fête.

Tente d’astrologue lors de la fête.

Bref passons. Le temps fort de la journée restera les joutes équestres. D’abord sur le thème des jeux de guerre, moins intéressant, puis sur les joutes entre chevalier. Et, il faut le reconnaitre, c’était assez sympa et musclé. Mention spécial pour sir Tristan, grand vainqueur de la journée (le chevalier en rouge).

Mais au programme ce sont également des combats de chevaliers en armure à pieds, des concours de tir à l’arc, du tir à la bricole (petit trébuchet) et autres événements du genre, le tout commenté par un acteur déguisé pour l’occasion. De quoi passer un bon moment entre amis ou en famille.

Je vous laisse découvrir les photos !

Combat en lice de deux chevaliers

Combat en lice dans l'arène de la fête médiévale d'Aigues Mortes

Photographie du heaume pour les joutes.

L’armure de joute avec un heaume très lourd et qui protège suffisamment le cou des participants.

Deux chevaliers s'élancent l'un contre l'autre lors des joutes de la fête médiévale d'Aigues Mortes

Les joutes, le véritable temps fort de l’après-midi.

Là encore, le choc a été violent. Le but est de briser sa lance sur l'adversaire au niveau du heaume (3 points) ou du corps.

Là encore, le choc a été violent. Le but est de briser sa lance sur l’adversaire au niveau du heaume (3 points) ou du corps.

Appelé jeu de guerre, ce chevalier tente de faire passer sa lance entre un anneau suspendu pour marquer des points.

Le but ici est de s’élancer avec son cheval et de faire passer sa lance dans l’un des trois anneaux suspendus. Plus l’anneau est bas, plus il est petit et plus il rapporte de points.

Ce chevalier tente de renverser le maximum de blason avec sa lance. Son cheval est au galop.

Le but ici est de renverser le maximum de blason avec sa lance sans que celle-ci touche le sol. Bien entendu, le cheval doit être au galop.

Monture et chevalier prêt à en découdre

Salutation entre les chevaliers qui participent aux joutes

A gauche, Sir Tristan le grand vainqueur des joutes de la journée.

Monture et chevalier équipé pour les joutes

Si vous connaissez de grandes fêtes médiévales, n’hésitez pas à m’en parler en commentaires 🙂